Aéro club d’Ambert : le comble pour être un élu de terrain..


P1050841Peu d’élus à l’occasion de l’Assemblée générale de l’aéro club d’Ambert : Le député André Chassaigne et moi-même, c’est peu et les membres de l’association s’en sont d’ailleurs émus (mais le phénomène n’est pas nouveau : http://ambertaucentre.org/2013/09/17/mairie-dambert-amateurs-ou-professionnels/). C’est dommage pour une plateforme dont nous sommes évidemment persuadés de l’enjeu qu’elle représente pour l’ensemble de notre arrondissement.

L’implication des membres de l’association est une évidence et le travail réalisé important. Des interrogations subsistent cependant quant au renouvellement du nombre des licenciés (autour de 25) : le nombre d’heures est passé sous la barre des 200, en relation directe avec la diminution de l’instruction de nouveaux pilotes. Des actions sont envisagées en direction des jeunes, dans les collèges et au lycée Blaise Pascal.

Le débat a porté ensuite sur le devenir de la plateforme : en effet, la CCI qui en est propriétaire, souhaite la vendre. Si André Chassaigne se prononce radicalement pour un contrôle de celle-ci par les collectivités je suis personnellement plus favorable à un projet élaboré conjointement par les utilisateurs associatifs et privés de la plateforme afin d’en développer l’intérêt économique. Chacun a sa place à tenir pour l’intérêt de tous.

Affaire à suivre à l’évidence. Et grand merci au Président Fournioux et aux membres du club pour leur invitation et ce bon moment d’échange.

aerodrome

 

5 réflexions au sujet de « Aéro club d’Ambert : le comble pour être un élu de terrain.. »

  1. Comment pouvez-vous soutenir cet aérodrome. Avez-vous pensé à la nuisance écologique et sonore que cela engendre ? n’est il pas préférable de s’orienter sur un tourisme vert ? Dans la région, aucun effort écologique n’est mis en avant par aucune équipe que ce soit. Cet aérodrome ne doit pas se développer, mais plutôt être fermé. Sur ce territoire il y a déjà le culte des 2 roues à moteur qui laboure les chemins forestiers sans émouvoir quiconque, et maintenant presque chaque weekend,du printemps à l’automne, nous devons supporter le bruit de ces avions. C’est trop, il faut faire quelque chose. J’aimerai clairement votre avis : soutenez vous cette activité d’avion et d’ULM ? merci de votre réponse.

    J'aime

    • Merci de votre question. Sans hésitation je soutiens le développement de l’activité sur cet aérodrome et j’en souhaite le développement: c’est un facteur d’attractivité et de développement économique, au delà de l’aspect sécurité. Par ailleurs je soutiens également le tourisme motorisé qui, lorsqu’il aura disparu fera que plus personne ne pourra passer sur des chemins de nos communes. Nous n’avons pas à devenir le jardin silencieux des citadins en mal d’une nature qui ne l’est pas… naturelle. Mais je suis prêt à en débattre avec vous si vous le souhaitez.

      J'aime

      • Il me semble que vous avez oublié le terme « bobo » dans votre réponse.
        Sur la forme, quel mépris du citoyen dans votre reponse, de la part d’un élu il n’y a pas de quoi en être fier. Quand au fond, je ne suis pas d’accord quand vous avancez l’argument du développement économique grâce au tourisme motorisé (comme vous appelez ce fléau). A qui profite cette activité ?
        Votre réponse économique est périmée, d’un autre temps car on sait que le tourisme vert peux avoir un impact positif sur le développement d’une region ; il suffit d’avoir de l’imagination et de l’audace.
        Quand au motos qui defoncent nos chemins, allez-vous souvent vous promener dans les chemins ? Vous pouvez aussi tenter le bois du pirou qui est devenu le terrain de jeu des enduros, alors l’argument de l’entretien des chemins, vous pouvez oublier.
        Je me rend compte de l’erreur que j’ai fais en m’adressant à vous, car vous devez avoir des amis qui ne pensent pas comme moi. Je n’ai donc aucune envie de vous rencontrer, car votre réponse montre que vos idées sont bien calées et ne poussent pas au débat.

        J'aime

      • La base dans un débat c’est de respecter votre interlocuteur/trice, et ses positions, ce qui ne semble pas être votre cas. Je conçois parfaitement qu’on puisse être gênée par certaines pratiques sportives ou autres (et encore, on n’a pas abordé le sujet de la chasse… ) ; par contre, je ne pense pas que parler de mépris des citoyens, de réponse périmée, d’un autre temps, de bobo – là, je souris un peu… 😉 – fassent avancer la discussion.

        Pour répondre à vos questions :
        – à qui profite le tourisme motorisé ? à ceux qui l’animent sur le territoire (vendeurs, réparateurs, accompagnateurs, formateurs…) et également à ceux qui viennent « envahir » nos chemins en nombre en venant de la Loire notamment et au delà sans se préoccuper de la préservation de l’environnement et des autres utilisateurs. Personnellement j’encourage les premiers qui représentent un vrai gisement d’emplois, et je souhaite bloquer les seconds, qui sont de simple prédateurs.
        – Ceci n’est pas incompatible avec le tourisme vert (quelle est votre définition du tourisme vert ?) : je travaille sur les véhicules électriques dans ce domaine par exemple et je suis d’accord sur le fait qu’il faut avoir de l’imagination.
        – Est-ce que je vais souvent sur les chemins ? Oui, tous les jours ou presque, en quad, et sur l’ensemble du canton. Et je peux vous assurer que l’entretien des chemins se fait aussi par ce biais : les chemins non fréquentés se ferment en quelques mois ou en quelques semaines. Le bois du Pirou n’échappe pas à cela…

        Après, je ne peux pas vous obliger à me rencontrer si vous ne le souhaitez pas. Que mes idées soient différentes des vôtres, cela ne signifie pas que les miennes soient meilleures que les vôtres, ou l’inverse d’ailleurs. Cela signifie simplement que l’on peut être d’avis différents sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres. Mon point de vue consiste à dire que les sports mécanisés sont dans un Parc Naturel Régional un enjeu économique et touristique de premier plan qui doit être encadré et pris en compte.

        Pour ma part je ne regrette pas cet échange et le temps que nous y avons pris. Je ne sais pas par contre, ce que pensent vos amis ; les miens sont pour leur part d’opinions très variées, heureusement.

        Au plaisir de vous lire.

        Michel SAUVADE

        La différe

        J'aime

      • Je suis contente si je vous fais sourire, c’est toujours ça de gagner pour vous. En tous cas, je préfère votre 2ème réponse qui est plus complète, hormis en fin de message quand vous parlez de mes amis, je ne vois pas très bien ce que cela vient faire dans la discussion et sans me connaitre vous avez déjà une idée de ce que je suis. Bref allons à l’essentiel.
        Tout d’abord, ce matin à 8h30 j’ai été réveillée par un avion passant au-dessus de chez moi, et jusqu’à 9h15 il y en a eu 3 plus un ULM, ça met de bonne humeur….
        Si je comprends bien, vous voulez faire de notre territoire, un grand espace de pratiques motorisées au sol comme dans les airs. Là évidemment, je ne vous suis pas. Vous parlez de développement économique, mais les plus grandes catastrophes écologiques, sont arrivées au nom du développement économique. Le monde a changé, on ne peut plus se permettre tout et n’importe quoi. Nos pratiques polluantes ont un impact direct sur des populations lointaines qui se meurent. Si nous ne pouvons nous passer de véhicules pour aller travailler ou faire des courses, au moins finissons-en avec la pollution de loisir.
        Vous me demandez ma définition du tourisme vert, et bien pour moi c’est un tourisme qui n’a pas d’impact négatif sur l’environnement, ce qui n’est pas le cas des loisirs motorisés .
        Vous vous promenez sur les chemins en quad, savez-vous que l’homme est bien fait et qu’il est doté de jambes pour marcher. Et arrêtons avec l’idée que les motos ou quad entretiennent les chemins. Si des chemins se ferment, ou est le problème, la nature qui reprend ses droits est-elle aussi dérangeante que cela ?
        J’aimerai également savoir si, quand vous vous promenez en quad, vous le faite autour de votre maison, ou bien ce sont les autres qui profite du bruit ? Quant aux avions, ce n’est pas au-dessus des plaines de Marsac qu’ils volent, mais au-dessus des monts du Livradois ; dans ce cas, pour qui est la nuisance ?
        Le temps de rédiger ce texte, au moins 5 petits avions sont passés au-dessus de ma tête.

        Je vais arrêter ce dialogue avec vous, car votre position est arrêtée, et la mienne va à l’encontre de la vôtre. Je vais mobiliser autour de moi et voir ce que cela donne.
        Bonne journée au calme…

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s