Maison de santé à Ambert : on l’espérait, ils la font ; Merci l’APSSA !


Salle plus que comble au cinéma la façade d’Ambert ce soir à l’invitation de l’Association des Professionnels de Santé pour la qualité des Soins en pays d’Ambert.

Les habitants de l’arrondissement n’ont pas pu tous entrer dans la salle pour assister à la présentation de l’état d’avancement du projet de maison de santé sur Ambert, à proximité de la caserne des pompiers. La quinzaine de membres présents de l’association ont permis de mieux comprendre où ils en étaient, au delà des bruits divers et variés qui commençaient à courir dans les rues d’Ambert et environs.

Toujours plus facile de se représenter les choses quand on les voit : la représentation des futurs locaux qui devraient voir le jour d’ici à l’été 2021 a naturellement suscité l’intérêt général : 200 m² pour le laboratoire, autour de 900 m² pour les cabinets. Pour autant, derrière les murs il y a des patients et surtout une vingtaine de professionnels, réunis par leur envie partagée de servir au mieux les habitants de notre arrondissement : continuité des soins, travail en équipe pluridisciplinaire, formation de futurs professionnels (avec hébergement éventuel) que demander de plus de ce projet de santé qui se réalise ?

Bref historique, après la présentation de l’équipe (médecins, infirmiers, sage-femme, dentiste, podologue, ostéopathe, urologue, et un interne en stage…), sans remonter au projet initié par Jean Aulagnier en son temps dans les anciens locaux de l’hôpital, qui nous réunit aujourd’hui : rassemblement informel il y a deux ans face à l’effondrement de la démographie médicale, création de l’association à l’automne 2018, labellisation du projet de maison de santé le 17 janvier de l’année dernière, réunion de ce soir.

Le besoin d’une telle structure à Ambert est d’une telle évidence qu’il est inutile de développer : pôle de l’arrondissement, proximité de l’hôpital, vocation à irriguer la totalité du bassin de santé environnant légitiment totalement le projet. La notion de complémentarité avec l’hôpital est naturellement prise en compte, autant dans le domaine général que pour les spécialités : des urologues du Puy sont partie prenante (ils interviennent déjà sur Brioude suivant le même principe), mais d’autres consultations de spécialistes, en complément de l’existant sont déjà dans les tuyaux, même s’il était visiblement difficile de développer davantage à ce stade.

Les questions se sont ensuite enchaînées, et ont permis de préciser les choses : bravo à Stéphanie dans le rôle ingrat et au combien important de passeuse de micro.

    • montage financier autour de 2 investisseurs privés, avec retour sur investissement via les loyers, participation des collectivités, commune d’Ambert et intercommunalité pour la voirie et l’environnement bâtimentaire.
    • horaires d’ouverture (8 h à 20 h en semaine) mais aussi régime des gardes.

  • Perspective d’emplois locaux supplémentaires : la formation d’ « assistants médicaux » semble ouvrir des perspectives, tout comme la « masterisation » d’infirmiers pour des compétences élargies.
  • évolution de la structure : 7 cabinets de médecins permettront d’étoffer l’offre actuelle de 4 praticiens. Agrandissement des locaux envisagés…
  • articulation avec l’hôpital : les relations sont évidentes et, comme on dit aujourd’hui « gagnantes-gagnantes » au delà du débat public-privé totalement hors-sujet dans ce contexte. Pour autant la perspective du rétablissement d’un plateau technique hospitalier ne peut s’imaginer que dans un contexte de consultation que d’intervention à proprement parler ; les 600 « établissements de proximité » envisagés par l’ARS élimine cette perspective.
  • Articulation avec les autres professionnels dispersés sur le territoire, avec les parents qu’il est préférable de faire venir pour limiter les temps de trajet des médecins…
  • échanges sur le « Dossier Médical Partagé » et le non-temps médical pour les médecins : 35 % de temps administratif aujourd’hui… Encore une fois les lourdeurs administratives sont évidentes, malheureusement. Sans compter la méfiance plus que légitime par rapport au secret médical dans ce contexte de dossier partagé.
  • inquiétude du maire d’Arlanc quant au fait que ces professionnels puissent intervenir dans des cabinets secondaires : la question a fait sourire ceux qui savent que la présidente de l’APSSA, le docteur Marie-Claire Bui, a attendu pendant des années que les élus arlancois parviennent enfin à faire émerger un projet de maison de santé… qui ne décolle que maintenant qu’elle a quitté Arlanc pour Ambert…

C’est justement à partir de cette question que l’on peut comprendre, si on en doutait, que ce type de projet n’a de sens que s’il est porté par les professionnels de santé eux-mêmes et non par des élus qui sont capables parfois de construire de beaux murs mais pas d’y faire venir des professionnels « hors-sol » ; combien de millions d’euros ont été dépensés pour de belles cages sans oiseaux ?

Par contre, c’est aux élus et à l’ensemble des patients potentiels qu’appartient l’obligation de faciliter les choses, d’être des accompagnateurs : quelques élus étaient présents ce soir, ils sont restés logiquement discrets dans l’ensemble ; côté Conseil départemental l’initiative ne peut que nous réjouir : elle nous satisfait plus que le projet départemental de salarier des médecins pour « boucher les trous ». Le public nombreux et attentif a pu témoigner par sa présence de l’approbation du projet.

L’interne en stage, d’origine aixoise, a parfaitement illustré le propos en expliquant ce qui pouvait l’inciter, à prendre racine en Livradois : l’aspect financier certes, avec le très faible coût du foncier – et soyons clairs, les dégrèvements fiscaux – , mais aussi le côté « vert » et « bio » de l’environnement sans oublier naturellement l’accueil « sympathique » ; l’assistance nombreuse l’aura certainement conforté dans cette opinion. Pour autant l’argument décisif « trouvez la femme, je reste » a fait sourire la salle. Eh,oh, jeune homme faudrait voir à payer un peu de ta personne, on va pas faire le boulot pour toi quand même… Quoi qu’il en soit, si on peut aider, l’annonce est passée sur ce blog…Au final, ce qui me frappe, et ce fut le cas également pour la pharmacienne à l’origine des locaux médicaux de Marsac-en-Livradois, Jeanine Reyrolle, c’est que nous avons retrouvé l’un et l’autre dans la détermination des professionnels de santé engagés dans le projet, le même état d’esprit qui a conduit, toute proportion gardée, à développer à Marsac, depuis 2012, l’offre médicale dans la commune dans des « locaux médicaux », une extension de 2 médecins spupplémentaire étant d’ailleurs à l’ordre du jour.

Exigence de la meilleure qualité de soins pour tous, engagement professionnel et personnel sans attendre d’ailleurs la solution miracle, esprit d’équipe, tout ceci était perceptible tout au long de l’échange.Soyez-en remerciés, c’est du beau boulot.

Vous avez su rassembler au delà de toute espérance aujourd’hui, nous vous confierons notre santé en confiance demain, au sein du réseau de santé qui est en train de se construire ici. Soyez-en remerciés. Vous pouvez compter sur notre total soutien d’élus départementaux.

 

 

2 réflexions au sujet de « Maison de santé à Ambert : on l’espérait, ils la font ; Merci l’APSSA ! »

  1. Merci pour ton article Michel, tu as su parfaitement retransmettre le ton et les valeurs que nous avons mis dans notre projet. Merci à toi 😉
    Et pour la photo, tu n’étais pas obligé 😅😅😅

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s