4 suppressions de postes d’enseignants dans le canton d’Ambert dans le primaire. Ce n’est pas un peu beaucoup, des fois ?


IMG_2729_Moment.jpgJeudi dernier j’étais présent aux vœux du Ministre de la Cohésion des territoires (curieusement le t de territoires était en minuscule…) : objectivement un très beau plaidoyer pour les territoires ruraux de la part de ce cantalou qui sait de quoi il parle. Soyez assurés du soutien de l’Etat bonnes gens…

Hier, la réunion de la commission de l’Education nationale proposait la fermeture de 3 classes sur le canton d’Ambert : Job, Marsac-en-Livradois, Saint-Anthème et la suppression d’un poste sur Ambert dans le cadre d’un projet de l’Education nationale « Plus de maîtres que d’élèves ».

Rien de surprenant quand on sait que le fait de placer deux professeurs dans les classes de cours préparatoires dans les quartiers les plus difficiles ne s’est pas accompagné dans le Puy de Dôme de dotation supplémentaire d’enseignants. Résultats des courses, dans le département :

  • 1 ouverture et 10 fermetures en maternelle
  • 3 ouvertures et 18 fermetures dans le primaire
  • 15,67 ouvertures et 5,5 fermetures dans l’Education prioritaire (Sur Thiers et Clermont).

Pas besoin de faire un dessin, vous avez déjà fait le calcul… le compte n’y est pas.

Le gouvernement, qui se targue de faire de la « nouvelle politique » a utilisé une recette de l’ « ancien monde » : faire des annonces en prenant les moyens dans la poche du voisin. Et le voisin, en l’occurrence, c’est nous. Le sénateur Jean-Marc Boyer était monté aux créneaux avec Sébastien Gouttebel – le président des Maires ruraux – à ce sujet lors du repas républicain avec Emmanuel Macron, quand ils ont entendu la député Laurence Vichnievski affirmer que, pour l’enseignement, tout allait bien dans le Puy de Dôme ; qu’est-ce qu’elle peut bien en savoir, de Paris ? La preuve aujourd’hui.

Inutile de rejeter la faute sur les personnels locaux de l’Education nationale : ils font ce qu’on leur dit de faire et, c’est normal, un fonctionnaire « ça fonctionne ». Par contre, nous veillerons avec la plus grande détermination à ce que tous les éléments soient pris en compte de la même façon pour toutes les situations, au delà d’un calcul purement mathématique, très simple à mettre en œuvre, mais ne collant pas à la réalité. Et encore moins que les pressions de tel ou tel n’interfèrent.

Leur responsabilité est engagé à ce niveau, d’autant plus que, lorsqu’il s’est agit de faire signer aux élus l’année dernière une convention pour le devenir des écoles rurales, le discours qui nous a été vendu était d’une toute autre nature.

Les jours qui viennent seront ceux de la négociation, de la manière la plus transparente et la plus équitable qui soit : nous adressons demain, en tant que conseillers départementaux, un courrier à l’Inspecteur d’Académie Philippe TIQUET, en copie à Isabelle DUMONT, Inspectrice de l’Education Nationale sur Ambert pour relayer l’argumentaire des différentes écoles concernées et les assurer de notre très grande vigilance. La Sous-préfète d’Ambert, Patricia VALMA sera naturellement tenue informée.

 

 

Une réflexion au sujet de « 4 suppressions de postes d’enseignants dans le canton d’Ambert dans le primaire. Ce n’est pas un peu beaucoup, des fois ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s